A la lisière de la grande Marée

Partout où l’on passe, on voit que des injustices qui sévillent.
De Palestine à Ouagadougou. De Yémen à Ryad. De Moroni à Paris. Des hommes, des femmes périssent, se font persécuter par d’autres hommes ou femmes qui se croivent supérieure parce qu’ils veulent garder leur privilège d’autan.
Ces organisations coupées de la réalité ne pensent qu’à s’enrichir sur des peuples affamés.
Heureusement, le monde unipolaire qu’on a connu arrive à son terme.
Quoi qu’il arrive, d’autres régions et d’autres peuples de ce monde vont se mettre debout. Le poing levé, marchant pour défendre leur droit d’exister en tant qu’être et non en tant que numéro.
Le combat de ces citoyens lambda n’est pas un combat de couleur mais un combat de douleur pour leur honneur d’être des êtres humains qui ont une conscience de vie et de justice.
L’hypocrisie de certains petits gens sur cette terre que je croise n’est donc rien.
La radicalité de mes mots, de mes actions est une expérience de vie acquis par l’effet du temps. Je m’étonne moi même
La jeunesse d’aujourd’hui est épris par le consumérisme ambiant.
La jeunesse d’aujourd’hui est épris par l’effet tape à l’oeil.
La jeunesse d’aujourd’hui est embrigadé par des médias à la botte des intérêts de quelques personnes.
Cette jeunesse oublient qu’il doit prendre part à l’histoire, la vraie et surtout jouer pleinement son rôle d’éclaireur pour le bien de toute une génération qui va bientôt subir la grande casse sociale.
Leur devoir est de guider la génération suivante au lieu de vouloir tout connaître ou tout savoir sans prendre part à aucune action concrète pour le bien commun.
Souvent d’ailleurs, Ils oublient de nettoyer devant leur porte. Ces entrées où nos aïeux prenaient soin en se levant le matin avec leur balaie à tige de cocotier pour chasser les mauvais esprits.
Ils ferment les yeux et viennent par derrière raconter des histoires à dormir debout, sorties de leur contexte à une population en manque de repères.
Ajouter à cela, le manque de pragmatisme criant des dirigeants actuels, fait que la population ne sait plus où se mettre. Certains se réfugient dans la religion, d’autres dans la démence.. et quelques uns se réconfortent dans l’écriture de mots et en espérant apaiser les maux et leur colère.
J’espère cyniquement voir ce fameux mur arrivé devant moi afin que la vérité jaillisse. Le mur de la vérité qui a commencé dernièrement au nord de l’Europe.
La parole des maux.
Force et courage à nos camarades qui chaque jour, qu’ils soient panafricain ou autre se lève avec le sourire et l’énergie nécessaire pour nous titiller nos esprits endormis par tant d’années de lavage de cerveau.
TMA